Accueil Dossier Lada Niva : l'increvable 4x4

Lada Niva : l'increvable 4x4

4x4 lada niva
Dossier
Par Michaël le 15 juin 2022

L'Union soviétique, la guerre froide, le communisme : la Lada Niva est née à une époque où ces sujets étaient les plus discutés dans les pages d'actualité, de politique et d'affaires étrangères. C'est en 1971 que les premières esquisses de la voiture ont été dessinées, strictement à la main. La mission confiée à Vladimir Sergeevicha Solovev - le chef de projet - et Valery Pavlovich Semushkine - le designer - était de mettre sur la route un 4x4 robuste et fiable. Et ceci n'est pas une tâche facile, étant donné que les ressources, tant économiques qu'humaines, ne sont certainement pas celles de la meilleure industrie automobile du monde. Mais la direction politique russe de l'époque n'était pas très enthousiaste à l'égard des objections et les deux hommes ont présenté le fruit de leur travail au congrès du parti communiste en 1976. Car dans un monde divisé en blocs, une entreprise russe ne pouvait pas exposer ses produits à un salon européen et encore moins Américain.

Une voiture moderne, à sa manière

Le nom Niva, qui signifie champ de blé, mérite une explication. Selon certaines légendes, il a été choisi pour rappeler en quelque sorte un tout-terrain historique tel que le Fiat Campagnola. Ce qui est certain, c'est que la voiture respecte pleinement les fondements du "cahier des charges" donné à ses ingénieurs : l'arrêter est presque impossible. A la fois parce que le différentiel arrière verrouillable, les vitesses réduites, les porte-à-faux réduits qui garantissent des angles d'attaque et de sortie " hard&pure " et l'essieu arrière rigide lui permettent de s'aventurer pratiquement partout, et parce que la fiabilité est l'un de ses points forts. Bien entendu, il faut tenir compte du fait qu'il s'agit d'une voiture de 40 ans, et qu'une certaine consommation d'huile doit être considérée comme normale, de même que certains grincements de la carrosserie et de la transmission. Il faut savoir que le 4x4 Lada Niva est même montée sur le podium du Dakar dans les années 1980. Pas une fois, mais trois fois.

Moteur italien sous le capot

Le moteur de la Lada Niva a été, pendant de nombreuses années, un moteur à essence Fiat 1.6l, apprécié pour sa robustesse. Plus tard, un moteur diesel 1.9l de Peugeot a également été adopté, tandis que dans les années 1990, le moteur à essence quatre cylindres a été porté à 1,7 litre et équipé d'une injection. Injection qui, après une dizaine d'années et aussi pour se conformer aux réglementations anti-pollution, est devenue multipoint. Pour répondre au marché, le 4x4 russe est également équipé d'un système GPL.